Anne Sophie Bocquier

Anne-Sophie Bocquier Résidence de création

Pour sa rentrée La Galerie Trampoline invite la plasticienne ANNE SOPHIE BOCQUIER en résidence de création du 14 septembre au 28 octobre 2018.

Premier RDV le 14 SEPTEMBRE pour le VERNISSAGE, ou vous pourrez découvrir  » Les sculptures pour plantes  » mises en valeur dans sa scénographie « Miami Bitch », ainsi que les croquis préparatoires de sa résidence de création à La Galerie Trampoline.

Vernissage :14 septembre à partir de 17h30 // DJ set Barbara Henri 19h // Fin : 21H00

Résidence de création : du 14 sept au 28 oct 2018

Atelier MODELAGE en compagnie de l’artiste : DIMANCHE 14 OCTOBRE de 14h30 à 17h00 // ATELIER MODELAGE EVENT

Finissage : Dimanche 28 octobre

Jeune diplômée de l’ESADHaR (Rouen), Anne-Sophie Bocquier travaille avant tout autour de la sculpture et de l’installation en utilisant des matériaux comme l’argile, le contreplaqué et les matières composites. En privilégiant ces matériaux, elle développe ainsi un univers fictionnel et onirique teinté de réalité, ancré dans une mémoire à la fois personnelle et collective. Dans un esprit qui oscille constamment entre le ludique et le dramatique, entre l’attrait et la répulsion, la nostalgie et la mélancolie, Anne-Sophie expérimente des formes kitsch et ironiques qui transmettent un sentiment imprécis de familiarité.

Les sculptures pour plantes que crée Anne-Sophie Bocquier sont une exploration sensible des formes et des couleurs, des formes architecturales, des « formes-paysages » jouant sur la variation des surfaces et des matériaux. Il ne s’agit pas seulement de produire des objets, mais des lieux d’habitation du regard. La tradition japonaise de l’ikebana, composé à l’origine pour « consoler l’âme », se mêle à la culture spectaculaire et amnésique des architectures et paysages américains appartenant aussi bien à la réalité qu’à la fiction. En représentant une monumentalité miniaturisée, les sculptures pour plantes invitent au voyage sans objectif, à la projection vers un ailleurs et au désir d’évasion.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *